Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome I.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION 9

avant tout dialecticien subtil. La préoccupation niétapliy- slque prédomine alors en lui sur la préoccupation morale. Examinant de près sa théorie des Idées, dans laquelle il avait réalisé sa conception de l'être immuable, dès le temps du Phèdon, du Banquet, du Phèdre et de la République, il la soumet à une revision critique, comme si, autour de lui, il avait entendu se produire des objections sérieuses. Une certaine sécheresse se fait sentir dans les œuvres de ce temps ; et, sans doute, elle tient principalement à la nature même des sujets, mais peut-être faut-il l'imputer aussi à un certain déclin des facultés inventives et créa- trices qui avaient brillé dans les grandes œuvres de la période précédente.

Troisième séjour Kn 36 1, nouvelle interruption. Pour en Sicile. \^ troisième fois, Platon se rend en Sicile. Il y va, cette fois, pour remplir un devoir d'amitié. C'était Denys lui-même qui le rappelait avec prières, en lui promettant, s'il venait, de se réconcilier avec Dion par son intermédiaire. Probablement, le tyran, qui se piquait de littérature, tenait à réunir autour de lui, pour orner sa cour, les hommes qui étaient alors le plus en vue. Comme la première fois, l'accueil fut des plus flat- teurs. Un cercle philosophique fut formé à Syracuse. Mais Denys remettait toujours l'exécution de ses pro- messes en ce qui concernait Dion. Platon se crut en de- voir de les lui rappeler dune manière de plus en plus pressante. Ses instances éveillèrent les appréhensions du tyran, toujours prêt à soupçonner Dion et ses amis de mauvais desseins. A la lin, le philosophe se vit de nouveau privé de sa liberté, confié même aux satellites de la ty- rannie, qui ne dissimulaient pas leur malveillance. Sa vie était en danger. Peut-être eùt-il péri secrètement, sans l'intervention énergique de son ami, Archytas de Tarenlc,

�� �