Page:Poe - Derniers Contes.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.





LE MILLE ET DEUXIÈME
CONTE DE SCHÉHÉRAZADE



« La vérité est plus étrange que la fiction. »
(Vieux dicton.)


J’eus dernièrement l’occasion dans le cours de mes recherches Orientales, de consulter le Tellmenow Isitsoornot, ouvrage à peu près aussi inconnu, même en Europe, que le Zohar de Siméon Jochaïdes, et qui, à ma connaissance, n’a jamais été cité par aucun auteur américain, excepté peut-être par l’auteur des Curiosités de la Littérature américaine. En parcourant quelques pages de ce très remarquable ouvrage, je ne fus pas peu étonné d’y découvrir que jusqu’ici le monde littéraire avait été dans la plus étrange erreur touchant la destinée de la fille du vizir, Schéhérazade, telle