Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/112

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHANSON


D’après Petœfi Sandor.
À Pierre Stevens.


La bise siffle à ma porte…
C’est l’hiver ! Mais que m’importe
Après tout, l’hiver, alors
Que je puis n’en rien connaître,
Si, le nez à ma fenêtre,
Je ne regarde dehors ?…

Auprès du feu… sur ma table
Un vin pur, indiscutable…
Quelques compagnons élus,
De tout repos, et que j’aime
Au moins autant que moi-même,
Que souhaité-je de plus ?