Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES CABARETIERS DE FIRMINY


M. Lafont, maire de Firminy, interdit aux cabaretiers les rideaux opaques.


Les Firminiens, sur ma foi,
Seraient de vrais bélitres,
S’ils se laissaient mener par toi,
Qui surveilles leurs vitres,

Ô Lafont ! un cabaretier
Est, à coup sûr, le maître
Chez lui, comme le charbonnier.
De même, j’ose émettre

L’avis que ses clients, au fond.
Constituent sa famille.
Tel est le principe, mon bon,
Ou que l’aze me quille !