Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/138

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE JOURNAL COMESTIBLE


À Alfred Capus.
Un Hollandais aurait trouvé le moyen de fabriquer le journal « Comestible ».
(Gazette de Hollande.)


Ô rare invention où mon cœur se complaît,
S’attendrit et se pâme !
Un journal qui devient un aliment complet
Pour le corps, sinon l’âme !

Un papier comestible et digestible, enfin !
Quelle joie ! ô délire !
Pourra le pauvre diable en apaiser sa faim,
S’il ne daigne le lire.

Je me vois déjeunant d’un matinal « canard »
Lequel me rassasie ;
D’une page dînant de ton Temps, ô Hébrard !
De deux, les jours d’orgie.