Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/182

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE PREMIER MOUTARDIER DU PAPE


À Franc-Nohain.


Un Dijonnais jadis fut pape,
Dont le nom, pour l’instant m’échappe.
Alors, dans le monde chrétien,
Pour devenir chef de l’Église,
Pas besoin — sans que j’en médise —
D’être prélat Italien.

À peine ce pape… barbare
Eut-il ceint la triple tiare,
Qu’une manière de croquant,
En sa magnifique innocence,
Vint demander une audience
À la porte du Vatican :