Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/198

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JEAN GRAIN-D’ORGE


À Jean Blaize.
D’après Burns.


 
Il était une fois trois rois
Qui firent serment, par saint Georges,
De faire mourir Jean Grain-d’Orge.
Un jour donc, les voilà tous trois,

Ayant surpris le pauvre hère,
Qui l’abattirent tout d’abord,
Et jurèrent qu’il était mort,
Après l’avoir couvert de terre.

Mais quand vint le Printemps joli,
On le vit relever la tête,
Et faire une belle risette,
Lui, qu’ils croyaient enseveli.