Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/79

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DÉGUSTATIONS


À Alfred Pouthier.


C’était à l’Exposition,
Rayon des dégustations,
Je cherchais, afin de m’abstraire,
Un coin solitaire et discret,
Quand j’aperçus un cabaret
Que j’aimais déjà comme un frère.

À peine dans ce cabaret
Étais-je, comme qui dirait —
À méditer devant un verre,
Que surgit, à mon grand émoi,
Un client, en face de moi,
Qui me ressemblait comme un frère.