Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de laultre se couvroient comme dune cappe à lespaignole. Et dit lon quen Bourbonnoys encores en a de lheraige, dont sont dictes aureilles de Bourbonnoys. Les aultres croissoient en long du corps : et de ceulx là sont venuz les geans, et par eulx Pantagruel. Et le premier fut Chalbroth, qui engendra Sarabroth, qui engendra Faribroth, qui engendra Hurtaly, qui fut beau mangeur de souppes et regna au temps du deluge, qui engendra Nembroth, qui engendra Athlas qui avecques ses espaules guarda le ciel de tumber, qui engendra Goliath, qui engendra Eryx, qui engendra Titius, qui engendra Polyphemus, qui engendra Cacus, qui engendra Enceladus, qui engendra Ceus, qui engendra Typhœus, qui engendra Alœus, qui engendra Othus, qui engendra Aegeon, qui engendra Briareus qui avoit cent mains, qui engendra Porphyrio, qui engendra Adamastor, qui engendra Anteus, qui engendra Agatho, qui engendra Porus contre lequel batailla Alexandre le grand, qui engendra Aranthas, qui engendra Gabbara, qui engendra Goliath de Secundille, qui engendra Offot : lequel eut terriblement beau nez a boire au baril, qui engendra Artachees, qui engendra Oromedon, qui engendra Gemmagog, qui fut inventeur des souliers a poulaine, qui engendra Sisyphus, qui engendra les Titanes : dont nasquit Hercules, qui engendra Enay [qui fut tresexpert en la matier de oster les cyrons des mains], qui engendra Fierabras, lequel fut vaincu par Olivier pair de France compaignon de Roland, qui engendra Morguan, qui engendra Fracassus : duquel a escript Merlinus Coccaius : dont nasquit Ferragus, qui engendra Happemousche qui engendra Bolivorax, qui engendra Lon-