Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


comme gens bien recognoissans le bien quil leur faisoit. Et quelquefoys parlementoient ensemble, comme faisoit Icaromenippus a Jupiter, selon le raport de Lucian.

De la nativite du tres redoubte Pantagruel. xxxxx Cha. ii

Vignette 3

argantua, en son aage de quattre cens quattre vingtz quarante et quattre ans engendra son fils Pantagruel de sa femme nommée Badebec fille du Roy des Amaurotes en Utopie, laquelle mourut de mal d’enfant : car il estoit si grand et si lourd, qu’il ne put venir a lumiere, sans ainsi suffocquer la mere. Mais pour entendre pleinement la cause et raison de son nom qui luy fut baille en baptesme : vous noterez que celle annee il y avoit une si grand seicheresse en tout le pays de Affricque, pour ce quil y avoit passé plus de xxxvi. moys sans pluye, avec chaleur de soleil si vehesmente, que toute la terre en estoit aride. Et ne fut point au temps de Helye plus eschauffee que fut pour lors. Car il ny avoit arbre sus terre quil eust ny feuille ny fleur, les herbes estoient sans verdeur, les rivieres taries, les fontaines à sec, les pauvres poissons delaissez de leurs propres elements vagans et cryans par la terre horriblement, les oyseaulx tumbans de lair par faulte de rosee, les loups, les regnars, cerfs, sangliers, daims, lievres, connils, bellettes, foynes, blereaux et aultres bestes l’on trouvoit par les champs mortes la gueule baye. Et au regard des hommes, c’estoit la grande pitie, vous les eussiez veus tirans la langue comme levriers qui ont couru six heures. Plusieurs se gettoient