Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


son berceau sur leschine ainsi lye, comme une Tortue qui monte contre une muraille. Et a le veoir sembloit que ce fust une grand caracque de cinq cens tonneaux, qui feut debout. En ce point entra en la salle ou lon bancquetoit, et hardiment quil espouenta bien lassistence : mais par autant quil avoit les bras lyez dedans, il ne pouvoit riens prendre a manger, mais en grand peine se enclinoit pour prendre a tout la langue quelque lippee. Quoy voyant son pere entendit bien que lon lavoit laisse sans luy bailler a repaistre, et commanda quil feut deslye desdictes chaines par le conseil des princes et seigneurs assistans, ensemble aussi que les medecins de Gargantua disoient, que si on le tenoit ainsi au berceau, quil seroit toute sa vie subiect a la gravelle. Et lorsquil fut deschaine, lon le fit asseoir et repeut fort bien, et mist sondict berceau en plus de cinq cent mille pieces d’ung coup de poing quil frappa au meillieu, avecques protestation de iamais y retourner.

Des faitz du noble Pantagruel en son
ieune eage. xxxxx Chapitre v.

Vignette 6

insi croissoit Pantagruel de iour en iour et proffitoit a veue dœil, dont son pere sesiouyssoit par affection naturelle. Et luy feit faire comme il estoit petit une arbaleste pour sesbattre apres les oysillons, qui est de present en la grosse tour de Bourges. Puis lenvoya a lescholle pour apprendre et passer son ieune aage. Et de faict vinct a Poictiers pour estudier, et y proffita beaucoup, auquel lieu voyant que les escholliers estoient aulcunefoys de loysir et ne scavoient a quoy passer temps, il en eut compassion. Et ung iour print d’ung grand rochier,