Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


bien dancer et iouer a la paulme. Il fist le blason et devise des Licentiez en ladicte Universite, disant. Ung esteuf en la braguette, en la main une raquette, une basse dance au talon, voy vous la passe coquillon.

Comment Pantagruel rencontra ung Lymousin qui contrefaisoit le françoys. xxxxx Cha. vi

Vignette 3

uelque iour que Pantagruel se pourmenoit apres soupper avecques les compaignons par la porte dont lon va à Paris, Il rencontra ung eschollier tout iolliet, qui venoit par icelluy chemin, et apres quils se furent saluez, luy demanda. Mon amy dont viens tu a ceste heure. Leschollier luy respondit. De lalme inclyte et celebre academie, que lon vocite Lutece. Quest-ce a dire dist Pantagruel a ung de ses gens. Cest, respondit il, de Paris. Tu viens doncques de Paris, dist il. Et a quoy passez vous le temps vous aultres messieurs estudians audict Paris. Respondit leschollier. Nous transfetons la Sequane au dilucule et crepuscule, nous deambulons par les compites et quadriviez de lurbe, nous despumons la verbocination latiale et comme verisimiles amorabunds captons la benevolence de lomniiuge omniforme et omnigene sexe feminin, certaines diecules nous invisons les lupanares de Champgaillard, de Mascon, de Cul de sac, de Bourbon, de Huslieu, et en ecstase Venereicque inculcons nos veretres es penitissimes recesses des pudendes de ces meretricules amicabilissimes, puis cauponizons es tabernes meritoires, de la pomme de Pin, de la Magdaleine, et de la Mulle, belles spatules vervecines