Page:Rabelais - Pantagruel, ca 1530.djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


son esprit entre les livres, comme est le feu parmy les brandes, tant il lavoit infatigable et strident.

Comment Pantagruel trouva Panurge, lequel il ayma toute sa vie. xxxxx Cha. ix

Vignette 43

NG iour Pantagruel se pourmenant hors de la ville vers labbaye saint Antoine devisant et philosophant avecques ses gens et aulcuns escholliers, rencontra ung homme beau de stature et elegant en tous lineamans du corps, mais pitoyablement navre en divers lieux, et tant mal en ordre quil sembloit quil feut eschappe es chiens, ou mieulx ressembloit ung cueilleur de pommes du pays du Perche. Et de tant loing que le vit Pantagruel, il dist es assistans. Voyez vous cest homme qui vient par le chemin du pont Charanton. Par ma foy, il nest pauvre que par fortune : car ie vous asseure qua la physionomie nature la produyt de riche et noble lignee, mais les adventures des gens curieux le ont reduyt en telle penurie et indigence. Et ainsi quil fut au droict dentre eulx, il luy demanda. Mon amy ie vous prie que ung peu veuillez icy arrester et me respondre a ce que vous demanderay, vous ne vous en repentirez point : car iay affection tresgrande de vous donner ayde en mon povoir en la calamite ou ie vous voy : car vous me faictes grand pitie. Pourtant mon amy dictes moy qui estes vous, dont venez vous, ou allez vous, que querez vous, et quel est vostre nom ? Et le compaignon luy respond en langue Germanicque. Junker Gotte geb euch glück unnd hail. Zuvor lieber iuncker ich las euch wissen das da ir mich von fragt, ist ein arm unnd erbarmglich ding, unnd wer vil darvon zu sagen,