Page:Ramayana, trad. Roussel, tome 1.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



SARGA X


RǏSHYAÇRǏNGA SÉDUIT PAR LES BAYADÈRES


1. Sumantra, ainsi interrogé par le roi, lui dit : Le procédé qu’employèrent les conseillers (du roi des Angas) pour amener (à la cour) Rǐshyaçrǐnga, je vais te l’apprendre en détails, écoute, ainsi que tes ministres.

2. Le Purohita, accompagné des conseillers (du roi), dit à Romapâda : Nous avons trouvé ce moyen infaillible.

3. Rǐshyaçrǐnga qui passe sa vie dans la forêt, adonné au Tapas et à la méditation, ne connaît ni les femmes, ni le plaisir des sens.

4. À l’aide de séductions qui ont pour effet de charmer les hommes, en troublant leurs sens et leur cœur, nous (l’) amènerons à la ville. Mettons-nous sans tarder à l’œuvre.

5. Que des courtisanes aillent vers lui, belles, parées ; bien accueillies, elles le séduiront par divers moyens et l’amèneront ici.

6. À ces mots : « Bien », dit le roi, et il chargea de cette mission son Purohita. Celui-ci se mit à l’œuvre, ainsi que les conseillers (du prince).

7. Des bayadères de choix, instruites (de ce qu’elles avaient à faire), entrèrent dans la vaste forêt. (Elles s’arrêtèrent) non loin de l’ermitage et prirent leurs ébats séducteurs, à portée de la vue du solitaire.

8. Le fils du Rĭshi, affermi (dans le devoir), qui avait toujours vécu dans la solitude, toujours heureux, (dans la compagnie) de son père, ne sortait point de son ermitage.

9. Depuis sa naissance, l’ascète n’avait jamais ru de femme, ni d’autre homme (que son père), ni aucun des animaux qui vivent à la ville ou à la campagne.

10. Voilà que, par hasard, le fils de Vibhândaka vint dans ce lieu et il aperçut ces belles créatures,