Page:Ramayana, trad. Roussel, tome 1.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


BÂLAKÂNDA




SARGA Ier

RÉSUMÉ DU RAMAYANA



1. L’ascète Vâlmîki interrogea Nârada, versé dans l’ascétisme et la science des Védas, le prince des orateurs et le taureau des Munis.

2. Quel est actuellement, dans ce monde, l’homme vertueux, l’homme fort, juste, reconnaissant, véridique, ferme dans ses vœux ?

3. Quel est l’homme d’une noble conduite ? Quel est celui qui se rend utile à tous les êtres ? Quel est le savant, l’homme habile, dont l’abord est toujours agréable ?

4. Quel est celui qui est maître de lui-même, qui dompte sa colère, qui est plein de gloire, étranger à l’envie, et dont les Dieux eux-mêmes redoutent le courroux, sur le champ de bataille ?

5. Je désire l’apprendre ; cela m’intéresse au suprême degré. Ô grand ascète, tu peux me faire connaître un tel homme.

6. Nârada, qui connaît les trois mondes, ayant ouï ce langage de Vâlmîki : — Écoute, lui dit-il. Et se prêtant joyeux à son instruction, il lui dit :

7. Les nombreuses et difficilement accessibles qualités que tu viens d’énumérer, ô Muni, je te dirai, car je le sais, l’homme qui les possède ; écoute.

8. C’est un rejeton de la tige d’Ikshvâku, nommé Râma, illustre parmi les hommes. Maître de lui-même, doué d’une grande énergie, magnifique, plein de fermeté, de volonté,

9. Instruit, de mœurs réglées, éloquent, fortuné, destructeur de ses en-