Page:Rebière - Mathématiques et mathématiciens.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
MORCEAUX CHOISIS ET PENSÉES

pour les corps matériels, qu’ils en approchent davantage…

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

… Mais insistera-t-on peut-être… demandera-t-on si ces corps doués de figures parfaites sont possibles ?…

… Il suffit aux Géomètres que l’idée métaphysique de ces figures soit claire et évidente pour servir de fondement à leurs recherches, et pour que leurs conséquences jouissent de la même évidence et de la même clarté.

Montucla.

Les ennemis de la Géométrie, ceux qui ne la connaissent qu’imparfaitement, regardent les problèmes théoriques, qui en forment la partie la plus difficile, comme des jeux d’esprit qui absorbent un temps et des méditations qu’on pourrait mieux employer ; opinion fausse et très nuisible au progrès des sciences, si elle pouvait s’accréditer. Mais, outre que les propositions spéculatives, d’abord stériles en apparence, finissent souvent par s’appliquer à des objets d’utilité publique, elles subsisteront toujours comme un des moyens les plus propres à développer et à faire connaître toutes les forces de l’intelligence humaine.

Bossut.

La science des grandeurs, considérée dans son ensemble, a une parfaite unité que le mot « Mathématiques » (au pluriel) parait méconnaître, en faisant pré-