Page:Rebière - Mathématiques et mathématiciens.djvu/398

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
383
PARADOXES ET SINGULARITÉS
DANS LA RUE

Chasles exagère un peu, lorsqu’il affirme, dans son Aperçu historique, qu’on ne peut se flatter d’avoir éclairé et réduit convenablement une théorie, tant qu’on ne peut pas l’expliquer en peu de mots à un passant dans la rue.

Poinsot déclare, de son côté, en parlant des mathématiques, que « ce n’est jamais assez simple ».

Il faut pourtant reconnaître que certaines conceptions mathématiques ne deviendront jamais accessibles à tous. (Chimère de l’instruction intégrale.)

« Les hautes mathématiques, dit M. Richet, deviennent de plus en plus difficiles et il n’y a guère plus d’une vingtaine de personnes dans le monde qui soient en état de comprendre tous leurs développements. »


NOMBRE INDISPENSABLE

Voici un quatrain mnémonique pour retenir le rapport π de la circonférence au diamètre :

Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages !
Immortel Archimède, artiste ingénieur,
Qui de ton jugement peut priser la valeur ?
Pour moi, ton problème eut de pareils avantages.

Les nombres de lettres de chaque mot donnent les chiffres successifs.

π = 3,14159265…

Si l’on ne veut que les cinq premières décimales de π, retenir que : un quatre, un cinq font neuf.

Pour l’inverse, 1/π, souvent utile.