Page:Regle de saint Benoit 1689 - Rusand, 1824.djvu/256

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


plissez par la grâce de Jésus-Christ, cette Règle, que nous vous avons écrite comme un petit commencement de la vie[1] monastique[2] : et vous vous éleverez enfin, en la pratiquant, comme nous l’avons déjà dit, à de plus grandes choses ; et parviendrez avec le secours de Dieu au comble d’une doctrine toute sainte et d’une vertu toute divine.

Ainsi soit-il.




FIN.


  1. Chrétienne.
  2. En la comparant aux Règles anciennes, que Saint Benoît a extrêmement adoucies ; réduisant la sienne, à l’égard des veilles de la nuit, de la nourriture, des jeûnes, des habits, et de presque toutes les autres pratiques, aux mœurs et à la discipline des premiers Chrétiens, et même des Chrétiens de son temps.