Page:Relation d'une conspiration tramée par les nègres dans l'isle de Saint-Domingue, 1758.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
4

geroit en Maringuoin. Le boureau lui-même ne pouvoit croire ce qu’il voyoit. Il fe jetta cependant ſur le criminel ; on lui lia les pieds & les mains & on le rejetta dans le braſier. Tous les habitants firent revenir leurs Negres, qui, le le voyant brûler, ſentirent le faux de ce qu’il leur avoit fait croire. Depuis cette exécution, on en brûle quatre ou cinq tous les mois : il y a déjà eu vingt-quatre Negres ou Negresse eſclaves, & trois Negres libres, qui ont ſubi le même ſort. Mais à mesure qu’on les met à la queſtion, la Maréchauſſée en arrête neuf à dix autres qu’ils déclarent être leur complices. Ainsi le nombe des priſonniers augmente à mesure qu’on exécute un criminel. Jugez quand finira cette terrible affaire ; il a actuellement 140 accuſés en prison.

Des Negres qui ont été exécutés, les uns ont déclarés avoir fait périr par le poiſon 30 & 40 blancs, même leurs Maîtres, leurs femmes & leurs enfans ; d’autres 200 & 300 Negres appartenans à différens maîtres.

Il y a des habitans qui avoient ſur leur habitation 50 & 60 Negres travaillant à la place. En moins de 15 jours il ne leur en restoit que quatre ou cinq, & quelquefois pas un. J’en connois beaucoup qui ont eu ce malheur. On ne ſavoit à quoi attribuer cette mortalité, & on ne pouvoit leur donner de ſecours convenables, parce qu'on ne soupçonnoit pas le poiſon.