Page:René Crevel La Mort Difficile 1926 Simon Kra Editeur.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour saisir, sur un grand corps habillé de ses seuls poils, des détails rouges qui bientôt s’exagérèrent au point qu’un diable nu dont s’effrayait la nouvelle mariée lui donna soudain idée d’une cafetière géante d’os et de peau.

Telle fut la nuit de noces de la femme du capitaine Dumont. Mais si Mme Blok a connu des extases que sa pauvre amie s’avoue bien incapable d’imaginer, pourquoi mon Dieu, pourquoi Mme Blok alors se plaint-elle.

— Je ne me plains pas.

— Je prends acte de cette déclaration.

Voilà le jugement prononcé. Mme Blok sera condamnée à ne pas être plainte. Mais puisqu’elle prétend que M. Blok s’est suicidé, qu’elle donne des raisons qui fassent cette mort vraisemblable.

Il est répondu que si, primo, on se suicide beaucoup, dans la famille Blok, Mme Blok pense que, secundo, son époux curieux des sensations rares ne s’est peut-être tué que pour connaître l’impression de la mort.

— Dame, note judicieusement Mme Dumont-Dufour, c’était un Russe.

— Mon Dieu, oui, et un mystique aussi ! Par exemple il tenait de tels propos lorsqu’il avait bu.

Il devenait tout drôle, serrait Herminie bien fort dans ses bras, et d’une voix rauque :

Femme, mon bonheur terrestre ne me suffit pas. Toi,