Page:Revue de l'Orient Chrétien, vol. 8, 1903.djvu/422

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ainsi donc le Coran confirme les livres que nous possédons. Oui, Mohammad éloigne de notre Évangile et de nos livres saints tout soupçon de falsification et de changement et il croit à leur authenticité.

— Et si quelqu’un disait, objectai-je, qu’un changement a pu survenir dans la suite des temps ? — Non, me répondirent-ils, personne ne peut dire cela. Six cents ans environ [1] se sont écoulés depuis l’apparition de nos livres (Saints Évangiles) ; dès lors ils ont passé dans toutes les mains, tout le monde les lit, ils sont traduits en différentes langues et répandus dans tous les pays. Comment donc aurait-on pu les falsifier ou y changer quoi que ce soit ?

Or l’Évangile contient « la direction pour ceux qui craignent Dieu [2] ». C’est ce que dit le Coran : « A. L. M. — Voici le livre sur lequel il n’y a point de doute : c’est la direction de ceux qui craignent Dieu [3] » ; les lettres Alef, làm, mim renferment un serment et désignent le nom du Christ (en arabe : arabe), dont vous avez retranché les trois autres lettres : le sîn, le yé, le hé ; et le livre en question n’est autre que l’Évangile, ainsi que le montre ce texte du Coran : « S’ils te traitent d’imposteur (ô Mohammad), sache que les envoyés qui t’ont précédé ont été traités de même, bien qu’ils eussent opéré des miracles et apporté la religion et le livre qui éclaire [4] », c’est-à-dire l’Évangile ; c’est ce livre qui a été envoyé précédé de ses preuves. Voilà pourquoi il est dit : Ce livre-là, arabe = l’Évangile) par opposition à celui-ci (arabe = le Coran). De plus, s’il s’agissait du Coran et de Mohammad, il faudrait lire : « Nous avons envoyé notre apôtre ». Votre prophète aurait dit encore : « A. L. M. Il n’y a point de doute sur ce livre-ci (le Coran) » ; tandis qu’il

  1. Dieu défend à Mohammad de douter : d’après la tradition, le prophète ne doutait jamais. (Cf. Marracci, II, in h. 1.)

  2. C’est aujourd’hui un fait certain que dès l’an 150, cinquante ans seulement après la composition du dernier Évangile, nos quatre Évangiles étaient reconnus comme authentiques dans toutes les églises chrétiennes de l’univers. Les 600 ans font allusion au temps écoulé depuis l’apparition des Évangiles jusqu’à Mohammad.
  3. v, 50.
  4. ii, 1. Quel est le sens de ces trois lettres (et d’autres semblables qu’on trouve au commencement de certaines sourates) ? Les commentateurs donnent différentes explications ; celle de Ràheb est au moins vraisemblable.
  5. iii, 181.