Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 16.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Les Illuminés sont encore nombreux au milieu du XVIIe siècle. Il en est qui, vagues héritiers des hérétiques du XVIe, prêchent le règne du Saint-Esprit, du « libre Esprit, » succédant à l’Église du Christ comme celle-ci à la Synagogue, l’abolition de l’autorité hiérarchique, du vieux culte, et de la vieille morale, « sous prétexte des excellences de l’amour divin. » Dès 1639, la Compagnie ayant eu vent que ces idées étaient celles d’un cor-tain François d’Oches [1], « empêche l’impression d’un livre » où il les soutenait. Vers 1644, ce quiétisme révolutionnaire est prêché en plein Paris par un Simon Morin qui « se disait le fils de Dieu. » S’il est emprisonné en 1648, c’est, vraisemblablement, à la requête des Messieurs du Saint-Sacrement [2]. Si, deux ans après, l’Assemblée générale du clergé est saisie par le Nonce de la nécessité d’exterminer cette « nouvelle secte, » c’est la Compagnie de Paris qui, sans doute, anime et informe le Nonce [3]. Et, lorsqu’on 1662 Simon Morin, qui était sorti de la Bastille et que le Parlement, très sagement, n’avait condamné qu’aux Petites-Maisons, est incarcéré derechef, c’est que, depuis l’été précédent, la Compagnie du Saint-Sacrement s’était derechef mise en campagne [4].

En 1635, des « impiétés sacrilèges » d’une autre sorte lui avaient été signalées : colles des artisans « qui se nommaient entre eux les Compagnons du Devoir. » Mais comment s’en éclaircir ? Un serment solennel, très exactement tenu, obligeait les affidés, « sur leur part de paradis, » au secret le plus absolu. La Compagnie du Saint-Sacrement assume cette difficile enquête [5]. Elle fait dresser, d’abord, un mémoire des « abominations » imputées aux Compagnons, fait décerner par l’Official de l’Archevêché de Paris un « monitoire » à lire au prône, fait distribuer aux confesseurs des questionnaires sur lesquels ils interrogeront les « gens de métier suspects. » Et, pendant quinze ans, elle « s’applique » fortement « à déraciner le compagnonnage, » sollicitant et obtenant tantôt une sentence du bailli du Temple, où les artisans trouvent pour leurs conciliabules un asile,

  1. D’Argenson (1639), p. 84. — Allier, p. 119, 218.
  2. Allier, p. 221-222.
  3. Allier, p. 223.
  4. D’Argenson, p. 219.
  5. D’Argenson, aux années 1646, 1648, 1651, 1654, 1656, 1659. — Allier p. 199, 200, 206, 211, 212.