Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 17.djvu/586

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


jouir que d’un bonheur rapide et fragile, ce sont là des raisons dont on ne tenait guère compte dans les unions de ce temps-là. Ce qui les primait et les voilait à ses yeux, c’est qu’une alliance avec sa cousine fixerait la fortune qu’elle devait posséder un jour dans la famille de Bellegarde.

Est-ce cette considération qui décida le père ? Se détermina-t-il, n’ayant pas de fils, par l’espérance de voir, en s’en donnant un, se perpétuer tout naturellement son nom ? Se laissa-t-il convaincre par l’éloquence des prières de Frédéric ? Nous en sommes réduits aux conjectures. Ce qui est certain, c’est qu’il donna son consentement, et qu’en fille docile et peut-être aussi désireuse de s’émanciper, Adèle donna le sien. Le contrat fut passé, le 3 novembre 1787, par-devant Me Gigon, notaire à Chambéry. Mlle de Bellegarde recevait en dot le château et la terre des Marches ainsi qu’une partie de l’hôtel de Chambéry, pour en jouir après le décès de son père. Celui-ci s’engageait à héberger les époux et à les défrayer de tout, à charge par lui de leur servir une pension annuelle de deux mille francs si la vie commune venait à cesser. Quarante-huit heures après la signature du contrat, le 5 novembre, la cérémonie religieuse fut célébrée dans l’église de Saint-Léger. C’est l’évêque qui donna la bénédiction nuptiale, en présence de toute l’aristocratie de Savoie. Au commencement de l’année suivante, le mari était nommé lieutenant-colonel.

Les premiers temps du mariage semblent avoir été heureux. Deux enfans, un fils et une fille, qui vinrent au monde de 1787 à 1790 peuvent être considérés comme un témoignage du bonheur qui régnait à ce foyer. La jeune femme était douée du plus heureux caractère, aimable, enjouée, facile à vivre. Il n’apparaît pas qu’elle eût encore regardé au-delà du cadre un peu étroit dans lequel se déroulaient ses journées. En se mariant, elle n’avait pas eu à se séparer des êtres qu’elle chérissait. Elle habitait sous le même toit que son père. Ses sœurs qu’elle adorait y vivaient auprès d’elle, et les deux nouveau-nés dont s’augmenta successivement la famille eurent pour veiller sur leur berceau trois « petites mamans » au lieu d’une. C’était assez pour emplir la maison de gaieté, pour lui donner toutes les apparences d’un séjour fortuné, pour empêcher d’y peser trop lourdement les graves préoccupations que commençaient à engendrer en Savoie les événemens de France.