Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 18.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ce qui dans vos hautes et riches vallées doit courir comme les papillons des Alpes sur les mille fleurs.

« Adieu, chère Madame et amie, recevez toutes mes amitiés et les hommages du cœur.

« SAINTE-BEUVE. »

Ce 17 août 1838.

« Je suis bien irrité de cette conclusion, mes chers amis, et bien touché de la manière si religieuse dont vous la prenez. J’ai beau faire, il m’est impossible d’entrer dans cette acceptation. Je vois la ficelle, je m’explique à merveille cette contradiction apparente dans les juges, de ne dire que du bien d’Olivier et de ne pas le nommer. C’est qu’au fond on n’est jamais poète dans son pays [1] ; vieux proverbe. C’est qu’il est noté dès longtemps de ce signe de novateur qu’on ne pardonne jamais. On peut aimer la personne, apprécier le mérite, on ne l’emploiera pas si l’on peut s’en passer. Il y a toujours là un ressort inconnu qui échappe à la routine et dont elle craint la détente qui lui casserait le nez. Voilà l’histoire, cisjurane et transjurane,

Iliacos extra muros… et intra.

« Olivier, Madame, vous traduira cela.

« Je ne vais pas mal, bien que la tête fendue et tiraillée ; j’ai trop à faire, et, un beau matin, je m’en tirerai en faisant faillite à deux ou trois engagemens.

« La grande nouvelle ici est l’assassinat de Mme Flora Tristan par son mari : la voilà plus célèbre en une heure qu’après dix années de vie littéraire. George Sand a eu cette semaine deux échecs en célébrité féminine : Mme Flora Tristan, assassinée, et Mlle Dangeville qui lui fait nargue du haut du Mont-Blanc. A propos de celle-ci, je viens de voir aux mains de Mme de Fontanes, son amie intime, un petit billet triomphal au crayon que l’héroïne lui a écrit au haut même du Mont-Blanc et qu’elle a remis à un guide qui descendait. Voilà un autographe curieux. Vous voyez que je n’ai pas cessé d’être en relation directe de toute façon avec les choses de Suisse [2].

  1. Et, en effet, les adversaires d’Olivier lui reprochaient d’être trop poète pour un professeur d’histoire.
  2. A cette place Olivier avait piqué cette note : « Sainte-Beuve croyait, lui aussi, que le Mont-Blanc était en Suisse ! »