Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 18.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


bien belle de pathétique. Comme addition à mes critiques de style et pour mieux vous les préciser, je vous rappellerai cette phrase vers la fin où à propos des luttes intérieures du vieux Mesnard, vous dites du Roi du Mal qui oublie souvent à quel rang il est tombé de mendiant dont tout l’avoir est une grâce : on ne sait pas si c’est de mendiant qu’il était, qu’il est tombé, ou s’il est tombé au rang de mendiant ; et pour qui n’est pas calviniste, cela d’ailleurs ne peut s’entendre. Cette phrase résume tous les défauts que je critique, tout à l’entour il n’y a que des éloges et des pleurs.

« Les nouvelles politiques et littéraires continuent ici à se presser. Avez-vous lu Ruy Blas ? J’ai vu hier au Français la Popularité de M. Casimir Delavigne ; cela ne m’a pas trop ennuyé : il y a de beaux vers et même de spirituels, mais comme il y a peu d’esprit dans la manière de comprendre la vie et le fond des choses ! comme c’est toujours l’honnête garçon qui ne sort pas de sa ligne, même pour voir ! Au fait c’est la plus belle comédie juste-milieu qu’on pût faire ; le public applaudit toutes ces tirades contre la mauvaise presse et la fausse popularité, comme s’il était un converti.

« Lerminier pourtant assistait l’autre soir dans la loge de Buloz à la pièce : il était en vue, et à la manière dont le regardait le parterre, il a pu s’assurer que la leçon qu’on applaudissait ne corrigeait pas.

« On n’est jamais plus volé que quand on assiste dans les foules à l’exposition publique des voleurs.

« Je n’ai jamais su la décision positive du Conseil d’État sur Olivier : est-il appelé provisoirement ou définitivement ? je devine par votre dernière lettre que ce dernier cas n’a pas lieu. Quel a donc été l’effet de toutes ces pétitions ? L’hiver passé, y a-t-il chance que le Conseil d’État le nomme définitivement ? Tout cela, chère Madame, est resté dans l’intervalle de vos lettres.

« Lamartine est revenu d’hier à Paris ; je ne l’ai pas vu encore, mais malgré nos dissidences (un peu trop exprimées par moi [1], je le crains), nous nous rencontrerons et ce sera au mieux : il est la générosité même. — Mme Sand est à Palma dans les Baléares : j’ai vu d’elle l’autre jour la plus jolie et la plus folle lettre qu’on puisse imaginer, écrite par elle à Mme Buloz

  1. Dans son article sur la Chute d’un ange.