Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 18.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


je reviens à demander à Olivier, qui est dans ses livres, s’il pourrait me donner la note précise sur le Sacrifice d’Abraham représenté en latin par les étudians de Lausanne, en 15.. ?

« Je me suis remis à Port-Royal ; j’y ai bien peu avancé, mais mon ardeur redouble et n’a jamais été plus jeune. Je vais durant des mois me caserner, censé à la campagne, dînant dans ma chambre, et ne sortant que le soir, en voleur, le nez dans mon manteau. Je pousserais ainsi une bonne pointe, jusqu’à nouvelle débâcle qui, à son tour, se réparera encore. La vie se compose ainsi de débandades et d’assauts, jusqu’à la grande débandade finale, d’où l’on ne se relève pas.

« Mais que vais-je dire, apporter ainsi une imago funèbre dans votre joie fervente, mon squelette desséché dans un festin qui n’est pas celui de Trimalcion, mais celui de la famille, du foyer, des modestes et des immortelles espérances ? Adieu donc, chers amis, aimez-moi, embrassez les enfans chéris, Lèbre, Mlle Sylvie, si elle y est (c’est jour d’exception), tous enfin.

« A vous de cœur, à vous, Madame et chère amie.

« SAINTE-BEUVE.

« Marmier va à merveille et vous salue. »