Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 18.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’une colère et d’un ahurissement comiques. Comiques pour la galerie, tragiques pour M. Combes, qui promit, d’abord, éperdu, « de ne plus s’égarer, au Palais-Bourbon, dans les bosquets dangereux des idées générales ; » puis qui, huit jours après, fit mieux, brûla ce qu’il avait adoré, battit sa coulpe, abjura, et se présenta à la barre de l’assemblée, dans l’attitude contrite d’un pénitent s’avançant au jubé ; et, quelque temps après, fit mieux encore, suspendit comme une menace sur la tête de l’opposition, en laissant entendre qu’il serait homme à la réaliser, cette séparation de l’Etat et de l’Eglise qu’à l’en croire en ses conversations privées, il avait pour dessein principal d’empêcher. Là encore, qui était intervenu ? quelle puissance occulte plus puissante que la puissance publique ? — car on n’a le droit ni de suspecter la bonne foi de M. le président du Conseil ni de taxer son langage d’hypocrisie ; — mais qui donc enfin, gouvernant le premier de nos gouvernails, est le gouvernement du gouvernement ; et, puisque ce que le protocole appelle le gouvernement est gouverné d’autre part, d’où donc, et où donc enfin est le gouvernement ?

Est-il dans le Parlement ? est-ce, par des ministres qui en sont une émanation, la majorité parlementaire qui gouverne ? J’ai déjà fait une ou deux fois allusion à la Délégation des gauches. La Délégation des gauches, ce sont vingt-sept ou vingt-huit messieurs à qui leurs groupes, — ces fameux quatre groupes sur lesquels M. Combes s’appuie comme sur les quatre colonnes du temple, — ont donné mandat de surveiller, de contrôler, de conseiller, et au besoin de morigéner et de suppléer le Cabinet. La Délégation est permanente, en ce sens qu’elle ne s’absente jamais tout entière ; et ceux que nous avons officiellement pour ministres s’en vont de temps en temps en voyage ou en vacances, mais ces ministres ad latus, quoique presque tous députés de province, laissent toujours à Paris quelques-uns d’entre eux. Le pauvre M. Fernand Rabier, quand il vint d’Orléans exprès pour faire ses courses dans les ministères, ne rencontra ni M. Combes, ni M. Vallé, ni. M. Trouillot ; mais aussi que les cherchait-il, et ne savait-il pas l’adresse de tel ou tel de ses camarades, beaucoup plus ministre que les ministres mêmes ?

Alors, le gouvernement est dans la Délégation des quatre groupes de gauche ? On le dirait, à ne considérer que la surface des choses ; mais ne nous pressons pas trop de le dire. Le