Page:Revue des Deux Mondes - 1903 - tome 18.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


pu mériter que par une obéissance allant presque jusqu’à « l’obédience monacale, » c’est donc que le vrai président du Conseil des ministres est le président du Conseil de l’ordre ; en sorte que, quoique M. Combes nous ait été précieusement conservé depuis dix-huit mois, nous avons tout de même changé deux fois de président du Conseil, ayant eu l’an dernier M. Delpech et maintenant ayant M. Lafferre. (Pour prévenir tout malentendu, l’auteur de cet article atteste qu’il n’est pas de ceux qui voient la franc-maçonnerie partout ; qu’il n : a pas encore compris comment, en mettant en commun dans le demi-jour d’une loge leurs lumières plutôt obscures, cinq ou six bonnes gens qui n’ont jamais pensé ni librement, ni autrement, pourraient s’élever à penser et à penser librement, ou comment cinq ou six « bousingots » feraient, par un coup de clarté subite, un Machiavel ; qu’il ne connaît ni une œuvre, ni même simplement une idée de quelque valeur sortie de ces ateliers clandestins ; que, s’il l’ose avouer, la franc-maçonnerie lui a toujours paru une institution au moins aussi ridicule que redoutable ; et qu’il n’approuve pas, comme susceptible de lui donner de la prise sur les faibles d’esprit et de caractère, la campagne qui consiste à la peindre comme toute-puissante ; mais pourtant il faut bien la voir où elle se montre, et, sinon crier qu’elle est toute-puissante, reconnaître la puissance qu’elle a.) Eh bien ! la franc-maçonnerie a la puissance de faire que le gouvernement, que le chef du gouvernement se réjouisse de ses félicitations, désire ses encouragemens ; elle a la puissance de les lui marchander, de les lui faire attendre, de les lui faire acheter ; on devine à quel prix elle les lui vend ; et donc le gouvernement, qui n’est plus du tout place Beauvau, qui est un peu rue Tiquetonne, est aussi un peu rue Cadet : mais, rue Cadet ou rue Tiquetonne, il n’est pas où il devrait être et la France est gouvernée du fond d’un antre, par un gouvernement qui n’est pas son gouvernement.

Indications, invitations ou injonctions, encore que ce ne soient pas des ordres, « à parler proprement, » le Congrès et le Convent, la rue Tiquetonne et la rue Cadet font un signe : M. Combes part. Le moyen qu’il ne parle pas ! « On peut faire marcher M. Combes, — c’est une phrase de l’Action, — les Congrès sont faits pour cela. » Et M. Combes marche : il marche du pas le moins automatique qu’il peut, comme une personne