Page:Revue des Deux Mondes - 1911 - tome 1.djvu/355

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE MYSTÈRE DE L’INDE



I
LE MONDE VÉDIQUE ET BRAHMANIQUE




L’Inde est par excellence la terre des mystères et des traditions occultes, parce qu’elle est la plus vieille du monde et la plus lourde d’histoire. Nulle part plus d’humanité ne s’est entassée sur plus de nature. Là les montagnes énormes ont surgi derrière les montagnes, les espèces ont grouillé sur les espèces et les races humaines ont roulé les unes sur les autres comme le limon des fleuves. Le Djampoudvipa, la terre hérissée de monts (c’est ainsi que Valmiki, l’Homère de l’Inde, appelle sa patrie) a vu évoluer les êtres vivans depuis les sauriens et les serpens monstres de la Lémurie jusqu’aux plus beaux exemplaires de la race aryenne, les héros du Ramayana, au teint clair et aux yeux de lotus. L’Inde a vu toute l’échelle des types humains, depuis les descendans des premières races, retombés dans un état voisin de l’animalité jusqu’aux sages solitaires de l’Himalaya et au parfait Bouddha, Çakia-Mouni. Et de tout ce qui a pullulé pendant d’innombrables années, au soleil des tropiques sur ce sol fécond, elle a conservé quelque chose. Monumens grandioses, animaux rares, types d’humanités disparues, souvenirs d’époques immémoriales qui flottent encore dans l’air chargé de parfums et dans les vieilles prières.