Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 30.djvu/962

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


958 REVUE DES DEUX MONDES. un les argumens allemands et les ont réfutés avec une grande force. « Mais l’Allemand, qui ne reconnaît qu’à lui-même le droit de commander, voudrait se réserver celui de parler tout seul. >> Aussi l’indignation a-t-elle été véhémente et violente de l’autre côté du Rhin, et des torrens d’encre ont été répandus, pendant que des torrens de sang coulaient ailleurs. Pour donner une idée de ce déchaî- nement, il suffit de lire les télégrammes échangés entre les cardi naux-archevêques de Cologne et de Munich d’une part et l’empereur Guillaume de l’autre. Les deux cardinaux, après avoir dénoncé le livre comme calomnieux, annonçaient qu’ils ne manqueraient pas de « déposer une plainte devant le chef suprême de l’Église. » Mais ils commençaient par en déposer une devant l’Empereur comme de juste. Nous n’avons pas appris que le « chef suprême de l’Église » ait donné la moindre suite à leur dénonciation, et Mgr Baudrillart a l’audace de récidiver, ce dont il faut le féliciter. Chacune des allé- gations germaniques a été prise à partie par Mgr Chapon, évêque de Nice, M. Lanzac de Laborie, M. Denys Cochin, le R. P. Janvier,. Mgr Batifîol, M. le baron d’Anthouard, ministre plénipotentiaire, M. Edmond Bloud, M. François Veuûlot, qui se sontpartagé le travail et l’ont exécuté avec une extrême modération dans les termes, mais beaucoup de science et de vigueur dans le fond. Ce livre nu peut pas s’analyser, il faut le hre. Nous dirions que c’est une œuvre française, si ce n’était pas encore davantage une œuvre humaine. La préoccupation rehgieuse y domine, comme il couA’enait, étant donné le but que ses auteurs poursuivent ; mais il résulte de leurs consciencieuses études que l’intérêt de la rehgion s’alUe admirablement avec celui de la ci^dUsation et du droit contre le déchaînement de la force et de la barbarie, qui ne se recommande d’elle que pour en fusiller les prêtres, en bombarder les temples, en violer et en déshonorer l’esprit. ^ Francis Charmes. Le Directeur-Gérant, FaANCis GuARrdEs.