Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Premier marquis.

Du monde !Eh ! oui, beaucoup.Tout le bel air !

(Ils nomment les femmes à mesure qu’elle entrent, très parées, dans les loges. Envois de saluts, réponses de sourires.)


Deuxième marquis.

Du monde !Eh ! oui, beaucoup.Tout le bel air !Mesdames
De Guéméné...


Cuigy.

De Guéméné...De Bois-Dauphin...


Premier marquis.

De Guéméné...De Bois-Dauphin...Que nous aimâmes...


Brissaille.

De Chavigny...


Deuxième marquis.

De Chavigny...Qui de nos cœurs va se jouant !


Lignère.

Tiens, monsieur de Corneille est arrivé de Rouen.


Le jeune homme, à son père.

L’Académie est là ?


Le bourgeois.

L’Académie est là ?Mais... j’en vois plus d’un membre ;
Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre ;
Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud...
Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c’est beau !


Premier marquis.

Attention ! nos précieuses prennent place
Barthénoïde, Urimédonte, Cassandace,
Félixérie...


Deuxième marquis, se pâmant.

Félixérie...Ah ! Dieu ! leurs surnoms sont exquis !
Marquis, tu les sais tous ?


Premier marquis.

Marquis, tu les sais tous ?Je les sais tous, marquis !


Lignière, prenant Christian à part.

Mon cher, je suis entré pour vous rendre service :
La dame ne vient pas. Je retourne à mon vice !