Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le tire-laine.

Lâchez-moi. Je vous livre un secret.Quel ?Lignière...
Qui vous quitte...


Christian, de même.

Qui vous quitte...Eh bien ?


Le tire-laine.

Qui vous quitte...Eh bien ?... touche à son heure dernière.
Une chanson qu’il fit blessa quelqu’un de grand,
Et cent hommes -- j’en suis -– ce soir sont postés !...


Christian.

Et cent hommes —— j’en suis —— ce soir sont postés !...Cent !
Par qui ?


Le tire-laine.

Par qui ?Discrétion...


Christian, haussant les épaules.

Par qui ?Discrétion...Oh !


Le tire-laine, avec beaucoup de dignité.

Par qui ?Discrétion...Oh !Professionnelle !


Christian.

Où seront-ils postés ?


Le tire-laine.

Où seront-ils postés ?À la porte de Nesle.
Sur son chemin. Prévenez-le !


Christian, qui lui lâche enfin le poignet.

Sur son chemin. Prévenez-le !Mais où le voir !


Le tire-laine.

Allez courir tous les cabarets : le Pressoir
D’Or, la Pomme de Pin, la Ceinture qui craque,
Les Deux Torches, les Trois Entonnoirs,-- et dans chaque,
Laissez un petit mot d’écrit l’avertissant.


Christian.

Oui, je cours ! Ah ! les gueux ! Contre un seul homme, cent !