Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le parterre.

Nobles seigneurs...Non ! Non ! Jodelet !


Jodelet, s’avance, et, nasillard.

Nobles seigneurs...Non ! Non ! Jodelet !Tas de veaux !


Le parterre.

Ah ! Ah ! Bravo ! Très bien ! Bravo !


Jodelet.

Ah ! Ah ! Bravo ! Très bien ! Bravo !Pas de bravos !
Le gros tragédien dont vous aimez le ventre
S’est senti...


Le parterre.

S’est senti...C’est un lâche !


Jodelet.

S’est senti...C’est un lâche !Il dut sortir !


Le parterre.

S’est senti...C’est un lâche !Il dut sortir !Qu’il rentre !


Les uns.

Non !


Les autres.

Non !Si !


Un jeune homme, à Cyrano.

Non !Si !Mais à la fin, monsieur, quelle raison
Avez-vous de haïr Montfleury ?


Cyrano, gracieux, toujours assis.

Avez-vous de haïr Montfleury ?Jeune oison,
J’ai deux raisons, dont chaque est suffisante seule.
Primo : c’est un acteur déplorable, qui gueule,
Et qui soulève avec des han ! de porteur d’eau,
Le vers qu’il faut laisser s’envoler ! - Secundo :
Est mon secret...


Le vieux bourgeois, derrière lui.

Est mon secret...Mais vous nous privez sans scrupule
De la Clorise ! Je m’entête...