Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/110

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V


Deux minutes passèrent, pendant lesquelles Carmichaël vint se poster à gauche devant le théâtre plein d’une invisible et bruyante activité.

Soudain les rideaux se rouvrirent sur un tableau vivant empreint de joie pittoresque.

D’une voix sonore, Carmichaël, en désignant l’immobile apparition, articula cette courte apostrophe : « Le Festin des Dieux de l’Olympe. »

Au milieu de la scène, tendue de draperies noires, Jupiter, Junon, Mars, Diane, Apollon, Vénus, Neptune, Vesta, Minerve, Cérès et Vulcain, assis en grands costumes à une table luxueusement garnie, levaient en souriant leurs coupes bien remplies. Prêt à gaîment trinquer à la ronde, Mercure, représenté par le comique