Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/248

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


aïeux. La marque du sang européen, effacée de longue date par de nombreuses unions purement indigènes, ne laissait plus aucune trace sur la personne des deux souverains, pareils à leurs sujets par la forme du masque et par la couleur de la peau.

Sur la place des Trophées, le palmier planté par Talou IV écrasait maintenant par son magnifique aspect le caoutchouc à demi mort de vieillesse qui lui faisait pendant.