Page:Roussel - Impressions d Afrique (1910).djvu/424

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXI


Les Montalescot s’étaient vite habitués à leur nouvelle résidence. Louise s’occupait avec passion de son étonnante découverte, pendant que Norbert explorait curieusement le Béhuliphruen ou la rive droite du Tez.

La pie apprivoisée, toujours fidèle, faisait l’admiration de tous par son attachement et son intelligence ; l’oiseau, réalisant chaque jour de nouveaux progrès, exécutait avec une sûreté merveilleuse les ordres les plus divers dictés par sa maîtresse.

Un jour, en errant au bord du Tez, Norbert fut séduit par l’extrême souplesse d’une terre jaunâtre légèrement humide, dont il s’empressa