Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 5.djvu/322

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée

3j6

1677

Lestrange, en rassurant que vous étiez toute guérie. Vardes arriva le même jour, et m’assura que vous étiez entièrement hors d’affaire, à la maigreur près, qu’il a trouvée grande 5 Si vous ne suivez les avis de Guisoni 6 sur le rafraîchissement, vous tomberez dans une maigreur et une délicatesse qui ne sera plus une vie. Le pauvre Vardes m’a ôté toute l’inquiétude que j’aurois pu avoir, en me disant, avec tous les bons tons du monde’, que le fond de votre teint est tranquille et blanc, sans nulle apparence d’altération. Il croît être assez joliment fi avec vous il en est ravi, ma bonne, et je vous exhorte à respecter son malheur. Il a été reçu ici divinement; il étoit bien tenté d’y demeurer, persuadé que lés eaux et la compagnie y sont plus propres pour lui que celles de Bourbon; mais M. de Champlâtreux par une ridicule politique, lui a fait, comme par force, continuer son chemin. Nous croyons que c’est par jalousie, car jamais il n’y eut un véritable chien de jardinier comme lui Sa cour est épineuse; nous en rions fort le pauvre Chésières me l’avoit dit cent fois; comme je n’ai point compris qu’il soit mort, j’ai toujours envie de lui conter que je la trouve comme lui °

Vardes a extrêmement plu à Termes, et Termes à

5. Ces derniers mots « qu’il a trouvée grande, » manquent dans le teste de 1734.

6. Dans Rouen: «M. deGoissony; dans la Haye 0 M.Guissons.» 7. « Avec tous les tous (lisez tons) du monde. »’ (Édition de la Hare,

17*6.)

8. « Assez joliment bien. 9 {Édition de 17S4.’)

9. ï Un si -véritable chien du jardinier. a (ÎMdem.) « On dit d’un envieux qu’il est comme le chien du jardinier il ne mange point de choux et ne veut pas que les autres en mangent. » (Dietionnaire universel de Furetière.)

10. c Que je le trouve comme lui. » (Éditions de Rouen et de 1734.) f ̃ De lui dire que je trouve qu’il a raison. (Édition de 1754.)