Page:Saint-Pol-Roux - Anciennetés, 1903.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LA PREMIÈRE FEMME


Sourire enclos en des fleurs de rosier
Je vis de par la magnifique haleine
Et je triomphe, avec dans le gosier
Le chant joli des ailes de la plaine.