Page:Saint-Pol-Roux - Anciennetés, 1903.djvu/92

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



GOLGOTHA


Le ciel enténébré de ses plus tristes hardes
S’accroupit sur le drame universel du pic.
Le violent triangle de l’arme des gardes
A l’air au bout du bois d’une langue d’aspic.