Page:Sainte-Beuve - Lettres inédites à Charles Labitte, éd. Sangnier, 1911.djvu/76

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
70
LETTRES INÉDITES DE SAINTE-BEUVE

coup. Je ne trouve pas de paroles à vous dire en ce moment et ne puis que vous apporter comme triste hommage l’affliction de tous, elle est universelle et bien profonde.

Sainte-Beuve.
LXXVe
Ce 18 mai [1846].

Monsieur (1),

Rien ne pouvait m’être plus doux que votre témoignage et le sentiment que votre cœur était satisfait par le tribut du mien (2). J’ai vu hier Monsieur Porphyre ; il a très bien réglé tout ce qui doit entrer dans les volumes et aujourd’hui même il doit remettre le tout à M. Gendès pour commencer l’impression (3). J’espère que nous n’aurons pas de retard, et que ce monument qui renfermera les meilleures preuves de cet Esprit solide et charmant sera bientôt achevé. — C’est un honneur pour moi, en même temps qu’un devoir triste et doux, que mon nom s’y trouve attaché ; ce qu’il eût fait pour moi et ce sur quoi j’aimais à compter de sa part, voilà que je l’ai fait pour lui, bien trop incomplètement, mais autant que je l’ai pu.

Je me suis permis puisque vous voulez bien m’y engagez, de réserver pour moi quelques notes tirées de ses riches dossiers, et j’ai aussi demandé à M. Porphyre deux volumes sur M. Etienne qui m’ont paru offrir beaucoup d’intérêt. Offrez, je vous en prie, à Madame Labitte l’expression de mes meilleurs et de mes plus respectueux hommages et agréez, Monsieur, mes sentimens bien touchés et bien dévoués.

Sainte-Beuve.

(1) Lettre adressée à M. Alex. Porphyre Labitte. (2) Allusion aux remerciements de M. A. P. Labitte, à l’occasion de la notice de Sainte-Beuve sur son ami, parue dans la Revue des Deux-Mondes du 1" mai 1846, et reproduite ensuite en tète des Etudex Littéraires. (3) Ces volumes sont les Etudes Littéraires de Ch. Labitte. V. introduction, page 8, note 4.