Page:Sansot-Orland - Jules Lemaître, 1903.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


et qui, non seulement, n’éprouva jamais le besoin de conclure, — j’entends ce mot au sens de résumer les débats et d’imposer son choix — mais qui encore est visiblement porté à considérer comme inintelligentes les personnes qui sont très sûres de beaucoup de choses.

Il y a des gens pour qui les idées sont carrées,




Portrait de jeunesse de M. :Ji;i,ks Lkmaituk (Frontispice à ses Poésies. Collect. Elzéviriennc).


pour qui les idées ont des bases, des sommets. Pour Jules I.cmaître les idées sont rondes. Il les fait tour- ner indéliniment entre ses doij;is, il ne souhaite pas leur trouver un endroit ou un envers. Il est satisfait de contempler su(;cessivcment tous leurs aspects cl de les décrire. Il ne préfèic pas l’un à l’autre. Il ne voit pas la nécessité de cette préfé-