Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Trois de ſes Legions, & cinquante Cohortes.


Agrippine

C’eſt un ſujet de ioye, & non pas de douleur :
Ennuyé de l’attendre il court à ſon malheur,
Et n’approche de Rome en homme de courage.
Que pour nous eſpargner la peine du voyage ;
Voy comme aveuglement il vient chercher l’Autel,
Frappons, cette victime attend le coup mortel
Mais gardons qu’échappant au couteau du Miniſtre,
Sa fuitte ne devienne un préſage ſiniſtre.


Seianus

Sans avancer nos iours, pour avancer ſa mort,
Regardons ſon naufrage à couvert dans le port,
Et gauchiſſons de ſorte en montant à l’Empire
Que ſelon le ſuccés nous puißions nous dédire.
L’Empereur qui connoiſt tous vos deſſeins formez,
Ignore que ie trempe à ce que vous tramez ;
Il m’eſcrit qu’il eſpere, aßiſté de ma brigue,
Ioindre avec le Senat tout le peuple à ſa Ligue.
Ce traict de confiance eſt un gage aſſeuré
Qu’il ne ſoupçonne point que i’aye conjuré :
Ainſi quoy que d’affreux ſon courroux entreprenne,
Ie vous tiendray touſiours à couvert de ſa haine :
Prononcés ſon arreſt irrevocablement ;