Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
9
tragedie.

Trois de ſes Legions, & cinquante Cohortes.


Agrippine

C’eſt un ſujet de ioye, & non pas de douleur :
Ennuyé de l’attendre il court à ſon malheur,
Et n’approche de Rome en homme de courage.
Que pour nous eſpargner la peine du voyage ;
Voy comme aveuglement il vient chercher l’Autel,
Frappons, cette victime attend le coup mortel :
Mais gardons qu’échappant au couteau du Miniſtre,
Sa fuitte ne devienne un préſage ſiniſtre.


Seianus

Sans avancer nos iours, pour avancer ſa mort,
Regardons ſon naufrage à couvert dans le port,
Et gauchiſſons de ſorte en montant à l’Empire
Que ſelon le ſuccés nous puißions nous dédire.
L’Empereur qui connoiſt tous vos deſſeins formez,
Ignore que ie trempe à ce que vous tramez ;
Il m’eſcrit qu’il eſpere, aßiſté de ma brigue,
Ioindre avec le Senat tout le peuple à ſa Ligue.
Ce traict de confiance eſt un gage aſſeuré
Qu’il ne ſoupçonne point que i’aye conjuré :
Ainſi quoy que d’affreux ſon courroux entreprenne,
Ie vous tiendray touſiours à couvert de ſa haine :
Prononcés ſon arreſt irrevocablement ;