Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène IV

Livilla, Seianus, Terentius.



Livilla

I’ai beau voir en Triomphe un Empereur Romain,
S’avancer contre nous le tonnerre à la main,
Ce n’eſt pas l’ennemy que ie crains davantage.


Seianus

Ha dites-moy ſon nom, cette longueur m’outrage,
Vous le plaindrez pluſtoſt que vous ne le craindrez
Et i’attens, pour agir, ce que vous reſoudrez.


Livilla

Eſcoute. Auparavant qu’un refus m’ait bleßée,
Sur tout ce que tu crains applique ta penſée,
Propoſe-toy le fer, la flame & le poiſon,
Fais iusque dans ton cœur deſcendre ta raiſon.
Et t’informe de luy, quoy que ie te demande,
S’il eſt preſt d’accorder tout ce qu’il apprehende.