Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
tragedie.

Execute pour moy, plus elle m’épouvente :
Ie ne puis à ſa flame apprivoiſer mon cœur,
Et iuſqu’à ſes bienfaits me donnent de l’horreur :
Mais i’ayme ſa rivalle avec une couronne,
Et ie bruſle du feu que ſon éclat luy donne ;
De ce bandeau Royal les rayons glorieux,
Augmentent la beauté des rayons de ſes yeux,
Et ſi l’âge fleſtrit l’éclat de ſon viſage,
L’éclat de ſa couronne en repare l’outrage.
Enfin pour exprimer tous ſes charmes divers,
Sa foy me peut en dot apporter l’Univers.
Quoy que de ſon Eſpoux ma ſeule ialouſie,
Par les mains de Piſon ayt terminé ſa vie,
Elle a touſiours penſé que des raiſons d’Eſtat
Ont poußé l’Empereur à ce lâche attentat.
Ainſi, Terentius, un royal hymenée
Doit bien-toſt à ſon ſort unir ma deſtinée,
Un diadéme au front en ſera le lien.


Terentius

Le cœur d’une Amazone eſtoit digne du tien.


Seianus

Tel ialoux de mon rang tenteroit ma ruine,
Qui n’oſera choquer un Eſpoux d’Agrippine,
Ce nœud m’affermira dans le thrône uſurpé,