Page:Schwob - Mœurs des diurnales, 1903.djvu/116

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Aussi bien j’ai trouve cette galerie de bustes non pas dans le carrefour trivial on l’on monte sur une borne pour féliciter les gens, mais dans une monumentale histoire de la littérature française.

(gaston deschamps. Critique littéraire. — Le Temps, 9 novembre 1902.)


..... la silhouette osseuse et énigmatique d’Émile Perrin. Cet administrateur général de la Comédie-Française cachait sous un œil inquiétant un diplomate de première force.

(henry roujon, le Figaro, 13 novembre 1902.)


Traiter, stantes pede in uno, à brûle-pourpoint et à toute vapeur, des questions.

(Le Temps, 13 novembre 1902.)


Dans une page forte de pensée, en une phrase taillée sur le marbre de Tacite, M. Hanotaux a dit de l’ancien régime :

« Nos hommes d’État, nos assemblées locales ou générales, nos jurisconsultes, nos soldats, ont fait une besogne aveugle, dont leurs yeux trop courts n’apercevaient pas le bout. »

(Le Journal, août 1902.)


Mlle Acacia est une étoile en herbe qui chante de main de maître.