Page:Science et foi.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


voulant exaucer son vœu, a arrêté le mouvement de la terre. » Son vœu, non ; dites son ordre impérieux, l’ordre d’un capitaine à sa troupe. À ce commandement du capitaine Josué, le soleil continue à marquer le pas. Le lieutenant Jéhovah arrête la terre « Halte ! fixe ! en place repos ! »

Très bien. Ici le révérend père à eu de la chance et son ignorance l’a sauvé d’un mauvais pas. Mais ce n’est que partie remise. En attendant, la substitution de la terre au soleil dans la manœuvre du colonel Josué, reste un escamotage à demi réussi. La science, bonne jeune femme, en passe beaucoup à la foi que est rageuse comme toutes les vieilles filles, jaunes et édentées. Une moue dédaigneuse, un petit sourire moqueur pour le tour de passe-passe, voilà tout. D’ailleurs, quand la science a dit, c’est dit. Elle ne rebâche pas sempiternellement comme sa pie-grièche de rivale.

Cependant, puisque notre docteur prétend aux explications scientifiques, c’était ici le cas de faire ses preuves. « Le Seigneur a arrêté le mouvement de la terre », c’est bref, mais bien vague. La terre a un double mouvement, celui de translation autour du soleil ou mouvement annuel, celui de rotation sur elle-même en 24 heures, ou mouvement diurne. Ont-ils été suspendus tous deux, ou seulement la rotation ? La science les déclare connexes et inséparables. Qu’en dit le Révérend Père conciliateur ?

Si la terre a continué sa marche, en cessant simplement de tourner sur elle-même, comme la roue ensabotée d’une diligence qui enraie, une moitié de la planète a eu double journée, l’autre double nuit. Grande surprise à coup sûr pour les quatre parties du monde qui, excepté ce petit coin de Chanaan, ne savaient absolument rien de la fameuse bataille du général Josué. Or, l’histoire ne dit nulle part un mot de cette aventure extraordinaire. Serait-ce parce qu’il n’y avait pas de pendules ?

Si la terre a fait une halte complète de 24 heures, même observation, d’abord, quant au silence universel de l’histoire. Mais cette difficulté n’est rien. Il s’agit de bien autre chose. Par la cessation du mouvement centrifuge, notre globe, en vertu du mouvement centripète (ou attraction), a dû piquer une tête droite sur le soleil, avec une vitesse accélérée selon la loi connue du carré des distances. Après 24 heures de chute, une poussée du bon Dieu sans doute lui a fait reprendre sa marche circulaire… ou elliptique, ne chicanons pas,