Page:Silvestre - Les Renaissances, 1870.djvu/94

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





PAYSAGES

MÉTAPHYSIQUES.





L’Aube.

A Auguste Feyen Perrin.


Le bleu du ciel pâlit. Comme un cygne émergeant
D’un grand fleuve d’azur, l’Aube, parmi la brume,
Secoue à l’horizon des blancheurs de sa plume
Et flagelle l’air vif de son aile d’argent.