Page:Sima qian chavannes memoires historiques v3.djvu/537

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XXIX
_____


SEPTIÈME TRAITÉ
_____


LES CANAUX DU FLEUVE


Le livre des Hia dit : « Yu réprima les eaux débordées ; pendant treize années, lorsqu’il passait devant sa demeure, il n’en franchissait point la porte. Pour aller sur la terre ferme, il se mettait en char ; pour aller sur l’eau, il se mettait en bateau ; pour aller sur la boue, il mettait le pied sur une sorte de van ; pour aller sur les montagnes, il se servait d’un char à timon droit520-1. Pour séparer les neuf provinces, il suivit les montagnes et approfondit les cours d’eau ; d’après les capacités du sol il détermina le tribut ; il rendit les neuf chemins praticables ; il endigua les neuf marais ; il nivela les neuf montagnes. »

Cependant le (Hoang) Ho débordait d’une manière désastreuse ; il ravageait l’empire du Milieu d’une manière toujours plus terrible ; c’est lui surtout dont s’occupa {Yu). C’est pourquoi {Yu) dirigea le Ho ; à partir de

520-1. Suivant d’autres commentaires, il s’agirait de chaussures armées de crampons. On peut comparer tout ce passage à celui qui se trouve dans les Annales principales des Hia ; cf. tome I, p. 101.