Page:Sima qian chavannes memoires historiques v3.djvu/543

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ki Yen et Tcheng Tang-che recruter des hommes pour boucher la brèche ; mais celle-ci se rouvrit soudain. En ce temps, Tien Fen526-1, marquis de Ou-ngan, était grand conseiller ; parmi ses apanages étaient les revenus de la ville de Chou526-2 ; cette ville se trouvait au nord du Ho ; depuis que le Ho avait fait une brèche et coulait vers le sud, Chou ne souffrait plus des ravages de l’eau et les recettes de la ville augmentaient. (T’ien) Fen parla donc à l’empereur en ces termes : « Les brèches faites par le Kiang et le Ho sont toujours des événements célestes ; il n’est point facile de les boucher de force en se servant de l’énergie humaine ; si on les bouche, il n’est point certain que cela convienne au Ciel. » Puis des gens qui faisaient profession d’inspecter les émanations et de manipuler les nombres furent aussi du même avis, c’est pourquoi le Fils du Ciel pendant longtemps ne s’occupa plus de fermer de nouveau la brèche.

En ce temps, Tcheng Tang-che était ministre de l’agriculture526-3. Il tint ce discours : « Auparavant, les transports de grain venant de l’est des passes remontaient le cours de la rivière Wei526-4 on estime à six mois le temps qu’il fallait pour arriver au terme ; la route du transport par eau était longue d’environ neuf cents li et parfois il

526-1. Cf. p. 156, n° 20. T’ien Fen avait été nommé grand conseiller le 5 juillet 135 ; il mourut eu l’année 131.

526-2. La ville de Chou était à 50 li au sud-ouest de la sous-préfecture actuelle de P’ing-yuen ---- , préfecture de Tsi-nan --- , province de Chantong. L’emplacement de cette ville nous permet de voir exactement où passait le Hoang-ho avant que la brèche de Hou-tse se fut produite. Dans la carte hors texte ci-contre, la ville de P’ing-yuen est marquée sur la rive droite du Hoang-ho ; la ville de Chou est sur la rive gauche.

526-3. Ta-nong. Cf. tome II, p. 519, n° XVI.

526-4. Dans la phrase ------ , le mot -- est inutile ; il est supprimé dans le chapitre xxix du Ts’ien Han chou.