Page:Sima qian chavannes memoires historiques v3.djvu/545

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


million de che528-1 ; au passage difficile de Ti-tchou528-2, il s’en perd une très grande partie et c’est d’ailleurs une cause de fatigues et de dépenses. Qu’on perce des canaux qui amèneront les eaux de la rivière Fen pour irriguer la région au-dessous de P’i-che et de Fen-yn, et qui amèneront les eaux du Ho pour arroser la région au·dessous de P’ou-fan528-3. J’estime qu`on gagnera ainsi cinq mille k’ing de champs ; ces cinq mille k’ing n’ont été jusqu’ici qu’un_terrain en friche en bordure du Ho ; les gens du peuple y allaient couper leur foin et y menaient paître leurs troupeaux ; maintenant, si on les irrigue et qu’on en fasse des champs, j’estime qu’on pourra y recueillir plus de deux millions de che de grain ; ce grain remontera le cours de la riviere Wei et sera tout comme celui de l’intérieur des passes. Quant à ce qui est du grain qui vient de l’est de Ti’tchou, on n’aura sans doute plus à en faire le transport528-4 ». Le Fils du Ciel approuva

528-1. Le che est un poids de 120 livres.

528-2. Ti-tchou était un massif rocheux situe au milieu du lit du Hoang-ho en amont de la sous-préfecture de Yuen-k’iu È , préfecture secondaire de Kiang, province de Chan-si. - Dans cette phrase, le mot Éest l'équivalent de , comme l'explique Yen Che-kou ; le mot E est l'équivalent de , qui est la leçon du Ts'ien Han chou, chap. XXIX.

528-3. Les villes de P'i-che, Fen-yn et P'ou-fan correspondent respectivement aux sous-préfectures. actuelles de Ho-tsin È, Yong-ho et à la préfecture de P’ou-tchéou É , qui sont toutes trois situées dans l’angle sud-ouest de la province de Chan-si. — La rivière Fen est un affluent du gauche du Hoang-ho, dans la province de Chan-si.

528-4. Comme on le voit, les canaux dont il est ici question n’étaient pas destinés au transport des grains, mais uniquement à l’irrigation ; on espérait rendre fertiles les terres comprises entre la rivière Fen et le Hoang-ho, dans l’angle sud-ouest de la province actuelle de